Se donner corps et âme: vraiment? (5/11)

De plus, il arrive souvent que Samir et Chloé soient perfectionnistes. Raison de plus pour les autres de leur confier du travail, vu que c’est bien fait. Et raison de plus pour eux de ne pas Tenir Encore Image.001lâcher: on compte sur eux. Malheureusement, à ne pas voir – et ce n’est pas leur choix conscient de ne pas voir, ils ne voient pas, tout simplement: on parle de cécité psychologique-, Samir et Chloé continuent encore plus fort. S’ils deviennent deux fois plus lents, ils feront deux fois plus attention. S’ils ne peuvent plus se concentrer, ils le feront en plusieurs fois. Ils tiennent. Parfois jusqu’à des extrêmes: Samir arrive devant la porte de son travail et, au moment de la pousser pour entrer, il se dit que ce n’est plus possible et retourne se coucher pour trois mois. Ou encore Chloé qui s’évanouit subitement et puis reste à la maison pour de nombreux mois.

Se donner corps et âme: vraiment? (4/11)

TenirLe burnout ce mot mal aimé. Et oui … Il faut savoir qu’une des caractéristiques du burnout, c’est le déni. « Moi, en burnout? Mais non c’est passager! »,  « Moi, en burnout? M’enfin, c’est le mot à la mode actuellement ou quoi??? », … Si l’entourage peut parfois percevoir que quelque chose ne va pas, la personne elle-même ne s’en rend pas compte. Elle est convaincue que c’est passager, que ce n’est pas grave. « De toute façon, ce n’est pas le moment. Je ne peux pas craquer ».

Il se peut parfois qu’elle écoute quand même et décide de se ressourcer comme avant: aller marcher en forêt, ou faire du shopping, ou encore autre chose qui lui faisait du bien. Et malheureusement, il arrive que ces moments qui la ressourçaient ne la ressourcent plus. Elle a suivi les conseils et est allée se ressourcer comme avant mais … il ne se passe rien. Et la personne de se dire que ces moments ne fonctionnent plus, alors « pourquoi gâcher du temps à y retourner alors que cela lui prend du temps et qu’elle a bien besoin de tout son temps car doit absolument finir ceci, terminer cela, … ». TENIR.

Se donner corps et âme : vraiment? (3/11)

Alors pourquoi est-ce que ce corps, qui sait si bien nous aider à compenser une fois ou l’autre, ne veut pas le faire plus longtemps?

Tant que nous sommes dans un cycle stress-ressourcement, nous pouvons affronter de nouveaux défis, puisque nous avons ré-généré nos ressources. Ce qui se passe, c’est qu’en cas de stress, le corps accentue sa production de cortisol, hormone nécessaire pour faire face. Privé de pause, le corps ne peut activer le mécanisme de régulation hormonale. Au bout d’un moment, le cortisol agit comme un poison pour pour notre corps: nous attrapons tous les virus qui passent par manque d’immunité, nous ne pouvons plus nous concentrer, nous avons des pertes de mémoire, notre perception spatio-temporelle est altérée. shutterstock_329415260De ce fait, nous commençons à avoir des « presqu’accidents », comme freiner un peu trop tard et emboutir la voiture d’en face (heureusement il n’y a pas de dégâts, se dit-on) ou des incidents « stupides ». Ou par exemple se casser la jambe en descendant notre escalier habituel, par précipitation ou mauvaise appréhension des distances. Ou encore se retrouver en face de personnes à qui nous avons annoncé qu’il y avait deux points majeurs à notre réponse et rester tout-à-coup calé, en nous demandant de quoi nous pouvions bien être en train de parler à ces personnes qui, suspendues à nos lèvres, attendent cette annoncée deuxième partie à votre réponse. Ou encore, au moment de remplir un formulaire, nous n’avons plus aucune idée du mois dans lequel nous sommes. Et ainsi de suite. Nous sommes probablement en début- ou carrément en- burnout. Voilà, le mot est écrit.

Se donner corps et âme: vraiment? (2/11)

(…) L’ennui, c’est que, comme ils sont enthousiastes et qu’ils prennent des initiatives, les autres personnes leur « proposent » de plus en plus de projets ou d’à côté. Cela semble logique! Tout le monde est content! Sauf qu’au bout d’un moment, qu’est-ce que Samir et Chloé font? Comme vous et moi, Mum is backcertainement : ils sautent une pause afin de pouvoir boucler tous leurs projets. Ou un autre jour si c’est nécessaire, ils mangent un sandwich vite fait devant leur ordinateur. Une autre fois, ils sautent la pause ET mangent devant l’ordinateur. Et ainsi de suite. Jusqu’à consulter ses messages en vacances, voire passer une demi-journée par jour de vacances, connecté avec le boulot. Et ça marche. Quelle économie de temps! Combien de travail on a pu abattre, du coup! Quelle joie de pouvoir faire plus dans le même temps imparti!

Sauf que, et voilà la limite à ne pas franchir, on se dit qu’on devrait faire ça tous les jours.

* * *

Se donner corps et âme : vraiment? Partie 1/11

Ces collaborateurs dont toute entreprise rêve … Ceux qui se montrent enthousiastes, qui abattent beaucoup de travail, qui prennent des initiatives, qui donnent plus qu’à leur tour un coup de main … Vous voyez qui c’est dans votre entreprise?

Voici leur histoire possible…

Comme chacun d’entre nous en début de journée, Samir et Chloé (appelons-les comme cela) ont leur corps qui se prépare à affronter le premier stress du matin : se réveiller. Leurs glandes sécrètent les hormones nécessaires pour les aider à s’animer. Puis, imaginons un schéma classique de travail en journée: ils ont une première tranche de trastress managementvail, où le corps continue à déverser les hormones nécessaires pour les aider à faire face et, vers 10h15, ils font une pause. Le niveau d’hormone redescend et se transforme, le corps se ressource un peu et hop, il est prêt à repartir. En route jusqu’à la pause de midi: le corps envoie les hormones qui permettent de faire face au stress et tout va pour le mieux. Voici le moment du déjeuner, mmmm, un bon break d’une heure, se changer les idées, rire un coup, se nourrir … le corps recharge ses batteries et c’est reparti pour l’après-midi, et ainsi de suite jusqu’au sommeil.

Le stress, une réaction normale du corps.

(à suivre) * * *

Une charte familiale, pour quoi faire?

« Nous avons tous deux 50% mais moi je travaille du matin au soir, à l’ouverture je suis là, le soir c’est moi qui ferme boutique que lui donc quelque part, il s’enrichit sur mon compte »

« On n’accepte pas les maris et femmes dans l’entreprise familiale! » Oui, mais quid si l’un d’entre nous tombe amoureux(se) d’un employé déjà au service de la société?

« En cas de conflit, on privilégie la famille ou l’entreprise? »

Ce jeudi 11 juin, nous avons assisté à un atelier organisé par l’IEF (Institut des Entreprises Familiales) et ING au magnifique golf Daxhelet, à Wanze. Il y était question, pour les entreprises familiales, de s’accorder autour d’une charte afin de préparer les questions importantes de succession / transmission d’entreprise. Nous trouvons que c’est une aubaine pour ces sociétés que de « devoir » s’accorder autour d’une charte car en fait, que font-elles? S’accorder sur les questions essentielles, celles qui pourraient fâcher, AVANT que la situation se produise. Une sorte de contrat de mariage : tant que nous nous entendons bien, mettons-nous d’accord sur comment réagir en cas de divergence de vues.

Une aubaine, disions-nous: pourquoi?